Ce site est encore en construction, certains contenus seront toujours manquants. Nous nous excusons pour tout inconvénient.
Actualités > ‘The Brothership’ à la conquête de l'océan Atlantique

‘The Brothership’  à la conquête de l'océan Atlantique

Ce n'est qu'après 5 000 kilomètres ou 1,5 million de coups de rame que l'objectif a été atteint dans la course d'aviron Atlantic Challenge. Les Gantois Bernard (27) et Damien (29) Van Durme avaient quitté La Gomera, près des îles Canaries, le 12 décembre avec 34 autres bateaux à rames, et ont mis pied à terre sur l'île d'Antigua aux Caraïbes. Avec leur temps - 39 jours, 21 heures et 2 minutes - ils ont terminé deuxièmes dans la catégorie duo.

Comme tous les participants, les Van Durmes ont ramé pour une bonne cause. Ils ont choisi Handicap International, une organisation qui travaille avec les personnes handicapées.

Bernard, qui en tant que technologue orthopédique suit les personnes après un accident majeur, rencontre constamment des personnes à mobilité réduite.

Voici une interview exclusive. Bravo les frères!

Pourquoi Handicap International ?

Comme avec presque toutes les autres équipes, des fonds ont été collectés et une visibilité a été créée pour un organisme de bienfaisance, une bonne cause. Nous avions la possibilité de choisir. Notre choix s’est porté sur Handicap International.

HI est une organisation humanitaire indépendante et impartiale qui travaille dans des situations de pauvreté et d'exclusion, de conflit et de catastrophe. Handicap International travaille avec les personnes handicapées et les populations vulnérables, agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels, améliorer leurs conditions de vie et promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux.

C'était un choix logique pour nous car Damien est initiateur de produits et moi je suis actif dans le secteur orthopédique. Une combinaison parfaite entre l'homme et la technologie. Il est bien sûr agréable de pouvoir lier une aventure à quelque chose qui sauve des vies humaines. En plus des sponsors, nous avons créé une plateforme de dons, le but était de récolter 10 000 € pour HI. Nous avons réussi à collecter 13 000 €. Mission accomplie!

Comment était l’entraînement ?

En plus des préparations physiques telles que la musculation et l'endurance, l'aspect mental est tout aussi important. Nous avons travaillé avec notre médecin du sport Ruben de Gendt qui avait établi un programme d'entraînement pour la préparation physique. Pour l'aspect mental, nous avons travaillé avec notre psychologue du sport, Caroline Jannes. Même si nous nous sommes beaucoup entraînés pendant les préparatifs, on n’est jamais préparé à 100% pour le grand large, le grand défi. Vous êtes complètement exposé à des conditions environnementales difficiles. Avec notre expérience de l'aviron, nous avons ramé pendant des années à un niveau sérieux, donc notre capacité physique y était déjà, mais nous avons essayé d’atteindre un pic de poids et de masse musculaire, car nous allions tous les deux perdre du poids. Un entraînement d’environ un an et demi est nécessaire pour quelqu'un qui partirait de zéro. Au départ, nous pesions 116 et 106 kilos. A l'arrivée, donc après 39 jours, nous avons perdu 25 et 18 kilos.

Comment faire face à la solitude et à l'isolement (conseils en temps de Corona...)?

Notre psychologue nous a donné de nombreux conseils utiles, mais c’était davantage concentré sur la communication pour anticiper et éviter les conflits. Je pense que faire face à la solitude et à l'isolement est purement mental. En ce qui nous concerne, nous avions convenu de toujours être positifs et de communiquer clairement. Profiter de chaque instant, même quand le moral était à la baisse.. C'est dans votre esprit qu'il faut tourner le bouton, sinon il vaut mieux ne pas commencer. Apprendre à mettre les choses en perspective aide également. Pour des conseils sur la solitude et l'isolement pendant l'ère corona, je conseillerais aux gens d'adapter leur mode de vie avec une attitude positive. Se rendre compte que nous nous en sortons bien dans notre société de luxe. Nos grands-parents ont été obligés à partir à la guerre, alors qu'aujourd'hui, on nous demande de rester à la maison. Ce n'est pas grave, si vous voulez mon avis. On peut utiliser ce temps pour s'investir, réfléchir, etc... Les gens peuvent lire, écrire, bricoler, cuisiner, écouter ou jouer de la musique, jardiner, ... Il y aura toujours des gens qui se plaindront, c'est aux autres de ne pas se laisser entraîner.

Durant des semaines sur un espace réduit …cause de tension? Comment y faire face aussi (conseils en période de corona..)?

On s'est donné de l'espace. Bien sûr, nous savions avant notre départ que nous allions vivre sur une superficie réduite pendant environ 6 semaines. Et ce, sur un océan gigantesque. Nous avons tous les deux dû faire des concessions. Ce qui est le plus important, et le point central, c'est que l'équipe passe avant tout. C'est la règle d’or. Donc, rien ne devait être pris personnellement. Une bonne communication était extrêmement importante. Il était également très important de pouvoir mettre les choses en perspective.

 

Quel était le moment le plus difficile, jamais pensé ‘maintenant c’est fini’?

Nous avons eu plusieurs moments difficiles, mais le plus dur a été quand une tempête avec un fort vent de nord-ouest nous a fait dévier de notre route. Nous avons été obligés de retirer l'ancre parachute et avons été frappés de tous côtés durant 24 heures. Impossible de manger quoi que ce soit, tous les deux dans une cabine surchauffée, déshydratés, vomissant plusieurs fois, lisant des lettres de sa famille et de ses amis, ... Alors on se demande pourquoi on fait tout cela. Très lourd mentalement.

Qu'est-ce que cela fait à un être humain de ne pas voir la terre pendant des semaines ?

C'est un double sentiment. D'une part, c’est très bizarre de passer d'un environnement à un autre. Vous passez de la terre à l'océan. On ne voit en fait que de l'eau pendant près de 40 jours. Bien sûr, c'est plus que cela : des levers et des couchers de soleil, un ciel étoilé comme je n'en avais jamais vu, des étoiles filantes, des dauphins, des espadons, des poissons volants, des oiseaux... c'est magnifique! Votre esprit s'adapte relativement rapidement. Pourtant, dès la première semaine, vous vous sentez drôlement changer : mal de mer, hallucinations et aussi rêves fous parce que votre cerveau s'adapte au fait que vous devez soudainement traiter beaucoup moins de parfums, de stimuli auditifs, visuels et sensibles. Retourner à terre est très bizarre : jambes de marin, nourriture fraîche, draps frais, vêtements frais, contact humain. Au début, il faut beaucoup d'énergie pour parler aux gens, aux interviews, aux médias, aux conférences, ...

Quels sont vos meilleurs souvenirs?

Il est certain que beaucoup de choses vont rester avec nous, car nous avons dû quitter complètement notre zone de confort pour réaliser une telle chose. Il n'y a pas de moyen normal ou facile de se rendre à Antigua. Vous devez traverser toutes les intempéries et faire tout votre possible pour atteindre la ligne d'arrivée. Ce dont je me souviendrai personnellement le plus longtemps, c'est à quel point je me suis sous-estimé. Quand c'est difficile et que vous voulez arrêter, il y a toujours encore plus de réserve que vous ne le pensez.

The body achieves what the mind believes.

Vous dirigez mentalement tout votre corps et aussi longtemps que vous le voulez, aussi longtemps que vous y croyez, votre corps peut être extrêmement performant. Et puis il semble que votre limite initiale n'est vraiment rien. Chacun a le pouvoir de faire quelque chose de grand, quoi que ce soit. Je sais maintenant que je peux réaliser tout ce que je veux faire.

Comment avez-vous changé ?

C'est sans aucun doute la course d'aviron la plus difficile au monde et une ‘lifechanging experience’, une expérience de vie. Je parle pour nous deux quand je dis que c'est nous qui avons le plus changé quand il s'agit d'apprendre à mettre les choses en perspective. C'est comme si tout a pris une valeur différente. Se sentir très petit en tant qu'être humain par rapport à la nature. Le projet comprend de nombreux aspects : l'esprit d'entreprise, la motivation, réfléchir à résoudre les problèmes, prendre des risques, gérer le stress et la fatigue extrême, pouvoir stimuler quelqu'un, l'endurance, la force mentale, etc...

Encore des plans similaires pour l’avenir, vous avez pris goût ?

Nous sommes à la fois aventureux et convaincus que les défis font vivre un être humain. Alors bien sûr, on y prend goût, mais avant de s'engager dans un tel projet, il faut pouvoir voir tout de façon réaliste. À court terme, la récupération est la première nécessité. Après cela, nous verrons, en tenant compte des fonds nécessaires, de l'attention des médias, etc.

;